Back
Image Alt

C’est quoi une IRM lombaire ?

Les douleurs de dos peuvent avoir plusieurs causes. Toutefois, la colonne vertébrale est impliquée dans la majorité des cas. Un scanner ne vous sera donc pas forcément utile. Dès lors, il vous faut traiter la cause de votre pathologie pour un soulagement optimal en optant pour une IRM lombaire. Mais de quoi s’agit-il en réalité ? La réponse dans ce billet.

Qu’est-ce qu’une IRM lombaire ?

Comme son nom l’indique, l’IRM lombaire est un examen qui permet de confirmer certaines pathologies du dos. L’IRM s’effectue alors sur les lombaires pour déterminer avec précision la source d’une douleur dorsale. Comme pathologie du dos, vous pourriez avoir un lymphome, une arthrose lombaire, une sciatique ou même une tension dorsale, pour ne citer que celles-là.

A lire en complément : Comment dévisser une cigarette électronique ?

Aussi variées que puissent être ces pathologies, leurs causes ne sauraient être les mêmes. Heureusement, une IRM, plus précise qu’une radiographie ou un scanner, vous permettra de bien traiter le mal concerné en identifiant sa cause.

Cet examen vous permettra donc de détecter la pathologie dorsale dont vous souffrez, mais sera également utile dans un processus de suivi. En optant pour un traitement donné, le professionnel de santé pourra procéder à une vérification de l’évolution du mal. Cela lui permet de réorienter les traitements dans le cas où ils ne seraient pas efficaces.

A lire en complément : Bougie de neuvaine : importance et utilisation pour la prière efficace

Comment se déroule une IRM lombaire ?

Contrairement à une IRM cérébrale où vous devez vous installer sur le dos, il vous faudra vous allonger sur le ventre pour ce type d’examen. Les images seront prises par résonnance afin d’être interprétées par le professionnel.

Dès lors, vous serez fixé par rapport à votre pathologie. Toutefois, vous aurez besoin de vous débarrasser de tout objet métallique avant d’entrer dans la machine. Autrement, les métaux réagiront au champ magnétique régnant dans le dispositif.

Pour vous prémunir du bruit de l’appareil, vous aurez besoin de vous boucher les oreilles. Si la norme considère qu’au-delà de 55 décibels, il y a nuisance sonore, le bruit dans un appareil d’IRM atteint les 120 décibels. C’est plus que le double de la valeur normative autorisée. L’IRM lombaire s’effectue généralement en une vingtaine de minutes.

IRM lombaire : quels effets secondaires ?

L’IRM lombaire en soi n’a pas d’effets secondaires. Toutefois, il est recommandé de prendre des dispositions pour plus de confort. En plus de vous boucher les oreilles, vous devez mentionner à votre médecin toutes les maladies dont vous souffrez.

En effet, ceux qui souffrent d’insuffisance rénale sévère peuvent aggraver leur cas avec l’injection des produits de contraste. En effet, ces derniers servent de colorants pour une meilleure mise en relief des parties examinées. Cependant, ils peuvent contenir du gadolinium qui est nocif pour ces patients. Dès lors, ils doivent subir une dialyse immédiatement après l’IRM pour éliminer le produit de leur sang.

Pourquoi réaliser une IRM lombaire ?

La réalisation d’une IRM lombaire est justifiée par plusieurs raisons médicales. Cette procédure permet de diagnostiquer et d’évaluer les affections liées à la région lombaire de la colonne vertébrale. Elle est particulièrement utile dans le cas des douleurs chroniques au bas du dos.

Grâce à une IRM lombaire précise et détaillée, les médecins peuvent identifier divers problèmes tels que les hernies discales, les infections, les tumeurs ou encore les anomalies structurelles de la colonne vertébrale. Cela permet alors d’établir un diagnostic précis et de mettre en place un plan de traitement adapté pour soulager efficacement le patient.

L’IRM lombaire offre aussi une visualisation claire des nerfs et des vaisseaux sanguins qui traversent la région lombaire. Cela peut être très bénéfique lorsqu’il s’agit de détecter des compressions nerveuses ou des troubles vasculaires spécifiques.

Cette technique d’imagerie médicale présente certains avantages par rapport à d’autres examens radiologiques comme la radiographie ou le scanner. L’IRM ne fait pas usage de rayons X nocifs pour le corps humain et elle permet une meilleure résolution anatomique grâce aux images en coupes transversales obtenues.

Vous devez surveiller leur évolution dans le temps ainsi que leur réponse aux traitements mis en place.

Réalisée dans un cadre médical approprié avec tous les paramètres pris en compte, l’IRM lombaire demeure un outil irremplaçable pour établir un diagnostic précis et permettre aux médecins de prendre les décisions thérapeutiques adéquates.

Quelles pathologies peut-on détecter grâce à une IRM lombaire ?

L’IRM lombaire est une technique d’imagerie médicale avancée qui permet de détecter plusieurs pathologies spécifiques liées à la région lombaire. Grâce à des images détaillées et précises, les radiologues peuvent identifier avec précision les affections suivantes :

Les hernies discales : L’IRM lombaire est particulièrement efficace pour diagnostiquer les hernies discales, qui se produisent lorsque le noyau gélatineux d’un disque intervertébral sort de sa position normale et exerce une pression sur les nerfs environnants. Cette condition peut entraîner des douleurs intenses dans le bas du dos et parfois même dans les jambes.

Les sténoses spinale : La sténose spinale se réfère au rétrécissement anormal du canal rachidien dans la colonne vertébrale. Une IRM lombaire permet d’évaluer la gravité de cette affection en visualisant clairement le canal rachidien ainsi que ses structures associées. Cela aide les médecins à déterminer si un traitement conservateur ou chirurgical est nécessaire.